Entre deux rives

C’est un projet de longue haleine, un beau projet qui nous a fait vibrer au Périscope. Tout a commencé la saison dernière lorsque nous avons accueilli des apprenants en langue française emmenés par Cultures du cœur. Nous avons tellement apprécié d’accueillir et de rencontrer ces hommes et ces femmes que nous avons décidé de leur proposer un projet à notre tour. Le spectacle Rivages de Sylvie Pabiot, prévu dans la programmation nous semblait parfaitement adapté. Ce spectacle entendait montrer des personnes invisibles et/ou entre deux « rives ». Sylvie Pabiot, la chorégraphe, nous a proposé une version « participative » du spectacle. Tous les éléments étaient réunis pour lancer cette aventure !

Néanmoins, pour commencer à expérimenter et à rencontrer le groupe, nous avons décidé de démarrer des ateliers chorégraphiques avec Soledad Zarka, chorégraphe du spectacle L’annonce joué au Périscope en octobre 2016. Son travail était proche de celui de Sylvie Pabiot et la rencontre était belle.

Nous avons donc emmené Soledad à la rencontre de quelques apprenants de langue française au Secours Catholique entre octobre et décembre 2016. La rencontre autour de la danse permet de se connaître « au-delà des mots ». Les participants y prennent plaisir, se sentent plus proches et les ateliers sont toujours très gais !

À partir de janvier, nous organisons une rencontre et les ateliers avec Sylvie Pabiot. Nous ouvrons le projet à d’autres associations, à d’autres apprenants et plus largement à tous les nîmois(es). L’atelier du mois de mars réunit 27 personnes. C’est magnifique ! 20 personnes environ seront danseurs, mais l’énergie dégagée par le groupe ce jour là nous donne de la force pour continuer. Ils sont Soudanais, Afghans, Albanais, Marocains et aussi Français, ils sont enfants, jeunes, plus âgés à se retrouver autour des mêmes gestes, des mêmes mouvements. Tous sortent du Périscope heureux, galvanisés, et nous aussi !

En parallèle, Sylvie aimerait réaliser le portrait d’un habitant qui sera projeté lors du spectacle. Sylvie accompagnée de Clotilde Amprimoz, vidéaste, partent à la rencontres de nimois(es) de toutes origines. Elles font la rencontre de Ouarda Vezinet, habitante engagée du quartier qu’elle choisissent alors d’inclure dans la série de portraits.

Pour préparer les non-danseurs à participer au spectacle, nous avons organisé trois jours de stage avec Sylvie pendant les vacances d’avril. Sur toutes les personnes venues aux étapes précédentes, 11 personnes suivent le stage. Nous restons convaincu que l’essentiel s’est joué là, pendant ces ateliers qui ont été de formidables moments de rencontre et de joie partagée.

Nous avons voulu offrir un temps hors du monde, quelques heures qui ont permis, à tous quel que soit son origine, de sortir de son quotidien, de s’exprimer à travers le corps. Nous sommes heureux d’avoir permis cette petite chose, plus importante que tout le reste… la rencontre de l’Autre.

Nous étions heureux de présenter devant une salle comble le spectacle Rivages. Autour de portraits vidéo, les participants à cette aventure ont dansé avec leur corps et leur cœur et ont séduits les spectateurs. Pour citer Sylvie Pabiot, ce projet « a donné corps à une utopie simple et vitale : vivre ensemble en paix et en égalité. »

* Nous tenons à remercier tout particulièrement pour leur investissement dans ce projet : Elisabeth Jockers du Secours Catholique, Eva Granger de l’association Quartier Libre, Jackie Llido de la fondation Saint-Vincent-de-Paul, Iris Reuters, Friderun Paul et Muriel Gagna de l’Église Fraternité, Pénélope Chauvin du centre de ressources pour la maîtrise des savoirs de base Ceregard, Rosemonde Michard de L’Association pour la Promotion des Travailleurs Immigrants, Aurore Gaglione de Cultures du cœur, Christian Garrel, conseiller artistique musique et danse à la DSDEN du Gard et aussi bien sûr Soledad Zarka et Sylvie Pabiot pour leur enthousiasme, générosité et bienveillance.